Archives du Futur Antérieur


expo TECHNOCULTURE Archives1998

TECHNOCULTURE 2 [Archives1998]

du 27.05 au 11.08.

blueFACTORY/ logo

Passage du Cardinal 1

Fribourg

Suisse

entrée libre

Une exposition de photographies d’Eliane Laubscher, qui transmet l’atmosphère de la première édition de TECHNOCULTURE. C’était une des premières expositions au monde à inviter la musique électronique dans une institution d’art contemporain.

TECHNOCULTURE [Computerworld] est une exposition qui a souffert du syndrome du Guarana Cap, la boisson phare de Sibra dans les années 80. Sibra gérait le site de blueFACTORY, qui était un fleuron du patrimoine industriel fribourgeois, une brasserie ultra moderne au siècle passé. La boisson énergétique et l'exposition avaient toutes les deux, 20 ans d’avance. L’exposition jouit d’une deuxième vie, pour l’instant la boisson pas.

Dans les années 90, Michel Ritter, le curateur de Fri-Art, était à la recherche de nouvelles façons d’utiliser un centre d’art contemporain, en le considérant comme un laboratoire pour expérimenter des manières d’exposer et des matières à exposer. Intéressé par mon monde de jeune adulte, il m’a demandé un jour de lui faire des propositions. Je lui ai proposé une recette à base de musique électronique et de culture numérique. Les artistes s’étaient emparés du médium informatique depuis plusieurs générations et le contenu critique d’œuvres comme Raoul Pictor d’Hervé Graumann avait convaincu les patriarches de l’art contemporain. Nous assistions à la maturité d’un art en phase avec l’époque et il fallait l’intégrer à des expositions. La décision d’organiser la première édition a été prise très rapidement, nous avions deux mois pour monter TECHNOCULTURE [Computerworld].

En 1998, le rapport des artistes avec la technologie était optimiste et peu avaient capté les transformations qui allaient bouleverser nos modes de vies dans les deux décades suivantes. La maitrise du potentiel artistique de l’art numérique accompagnait l’émergence d’une génération d’artistes qui travaillent avec le son, la technologie et la musique. Certaines et certains, comme Mariko Mori, Christian Marclay ou Gianni Motti ont depuis connu les plus hautes reconnaissances internationales.

Les mauvaises pratiques en matière d’archivage au début des années 2000 ont presque éliminé toutes les traces de cette exposition sur internet. Une des premières expositions sur l’art, la technologie et la musique électronique allait disparaitre de la mémoire collective par manque de visibilité sur internet. Cette exposition et la numérisation des images qui l’ont accompagnée font partie des efforts développés par les Archives du Futur Antérieur pour permettre à TECHNOCULTURE et ses archives de rester accessible dans le futur.

Cette exposition est un hommage des Archives du Futur Antérieur à Michel Ritter, un des fondateurs de Fri-Art.

Open

Lu/Ve - Mon/Fri,

8 :00 – 23 :00